Livre/Miroir de nos peines, Pierre Lemaitre

Vous l’attendiez ? Moi aussi. A travers ces pages, l’auteur nous entraine, avec le talent qu'on lui connait, à la suite de ses personnages dans les évènements de la drôle de guerre à la panique de l’exode, quand des hordes de civils fuyant l’invasion allemande se sont jetés sur les routes dans un désordre immense, un indescriptible chaos. (...)

Nouvelle/L'enfant et le vent

C’est l’histoire d’une toute petite fille recroquevillée dans son lit de bois blanc à barreaux. Dehors, il y a un grand champ sauvage et dans ce champ, toutes les nuits, le vent entraine en farandoles toute une armée de songes qui terrorisent l’enfant (...)

Livre/À la vie, L’homme étoilé

Pour une fois, je plonge avec vous dans l’actualité littéraire avec un roman graphique, où j’ai plus d’une fois retenu une petite larme d’émotion. Ces pages sont un condensé de tendresse et d’humanité. A vrai dire, on y cueille le bonheur en grappes (...)

Livre/Un peu plus loin sur la droite, Fred Vargas

Au cœur de l’hiver, rien de tel qu’un bon polar à lire au coin d’un feu de cheminée. Plus précisément, je vous propose un rompol[1], ce genre littéraire inventé par Fred Vargas « soi-même »… « Objet essentiellement poétique, il n’est pas noir mais nocturne, c’est-à-dire qu’il plonge le lecteur dans le monde onirique de ces nuits... Lire la Suite →

Sur le zinc/Le défi de Noël

Depuis quelques mois nous partageons ensemble les découvertes. En vrac : des livres, des nouvelles, un peu de musique, du cinéma, je vous ai aussi emmené au théâtre, voir des expositions… et c’est un réel bonheur de vous avoir vu embarquer dans cette aventure. Pour Noël, permettez-moi de vous lancer un défi (...)

Livre/14, Jean Echenoz

De l’histoire, comme à mon habitude, je vous dirais peu, préférant vous laisser la découvrir. Cependant, je peux vous dire qu’avec 14, Jean Echenoz ne raconte pas l’horreur des tranchées. Il raconte. C’est tout (...)

Livre/Le dernier gardien d’Ellis Island, Gaëlle Josse

C'est une chanson douce que celle du dernier gardien d'Ellis Island. Ellis Island, à quelques encablures de Manhattan, véritable « tour de Babel » où venaient accoster les migrants, « leurs rêves posés là au milieu de leurs bagages ». Ici, tous les mondes se « croisent et America est le seul mot qu'ils possèdent en commun » (...)

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑