Expo/James Tissot, inclassable dandy

Si vous ne l’avez pas vue et que le rythme infernal de la rentrée vous le permet, courrez voir l’exposition James Tissot, l’ambigu moderne au Musée d’Orsay. Elle est tout simplement fabuleuse et se termine le 13 septembre !

Ciné/Les parfums

Anne est un nez, Guillaume est en procédure de divorce. Entre ces êtres cabossés par la vie, un nouveau départ se dessine... Un très joli divertissement (...)

Livre/Les amants du Tage, Joseph Kessel

Peut-on tuer d’amour fou ? Avant la longue pause estivale - mais je sais déjà que je ne pourrais pas m’empêcher de vous poster quelque chose de temps en temps-, voici, petit clin d’œil au cercle de Prague - ils se reconnaîtront -, une ballade lisboète. En fait de ballade, c’est plutôt une tragédie qu’offre... Lire la Suite →

Sur le zinc/Le courrier de l’été

C’était il y a quelques années. De retour de vacances, j’ai trouvé dans ma boite aux lettres une jolie carte postale : un vélo rouge dans un sous bois, le panier sur le guidon était rempli de fleurs. Au dos, deux ou trois lignes pas plus, une signature indéchiffrable, mais c’était bien mon nom au dos... Lire la Suite →

Musique/Alexandre Tharaud, Tic toc choc

« J’avoüeray de bonne foy que j’ayme beaucoup mieux ce qui me touche que ce qui me surprend », écrivait François Couperin. Hum… voilà qui est dit… Tic, toc, choc, je vous propose un petit détour au pays de la musique baroque (...)

Livre/Le sagouin, François Mauriac

Cette semaine, je vous propose un livre coup de poing d’une rare beauté et profondeur. Je suis tombée dessus par hasard, j’ai été bouleversée. C’est un roman, presque une nouvelle tant il est bref. Il ne vous retiendra même pas le temps d’un voyage en train, mais il restera longtemps présent à vos côtés, Guillaume vous hantera. Silencieusement.

Livre/Demeure, François-Xavier Bellamy

"Il faut absolument parler aux hommes", Antoine de Saint Exupéry. Après deux mois de confinement, je vous propose de revenir au réel en prenant le chemin de la philosophie avec ce petit traité dense, érudit, didactique qui met en lumière les raisons profondes des crises persistantes que traverse la société moderne. (...)

Ciné/Sorry we missed you

Contrairement à ce que pourrait laisser croire la photo de l'affiche, Sorry we missed you n'est pas un film tendre ou drôle. C'est du Ken Loach. Dans l’art de décrire les drames du monde moderne, le réalisateur britannique n’en est pas à son coup d’essai (...).

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑