Livre/Une machine comme moi, Ian McEwan

Le récit de l’écrivain britannique Ian McEwan est fabuleux. Sans doute parce que pour nous parler de l’avenir, il remonte le temps pour placer son récit dans le passé. C’est en effet à travers une uchronie qu’il choisit de révéler les défis que nous promettent le monde de demain. Un choix aussi dérangeant que judicieux.

A Londres dans l’Angleterre des années 80, Margaret Thatcher perd la guerre des Malouines, multiplie les erreurs, Georges Marchais est président de la république française, Alan Turing est toujours vivant, les Beattle sortent un disque… tandis que la société britannique se débat dans le chaos. La rue gronde partout et nous, on est un peu paumés… Dans cet autre monde si proche du nôtre, Adam, « bien bâti, les épaules carrées, la peau brune, il avait des cheveux noirs et drus coiffés en arrière, un visage étroit dont le nez légèrement busqué suggérait une intelligence féroce, un regard songeur entre ses paupières mi-closes (…) Il ressemblait à « un docker du Bosphore » », est l’un des 25 robots humanoïdes mis sur le marché. Un prototype promis à un riche avenir qui ressemble à s’y méprendre à un humain. Charlie, passionné d’électronique, vient de l’acquérir grâce à l’héritage que lui a laissé sa mère. Avec Miranda, la jolie voisine qui habite au-dessus de chez lui, ils paramètrent Adam. L’intelligence artificielle, grâce au deep learning, apprend par elle-même, des situations, mais aussi en fréquentant les immenses bases de données disponibles. Petit à petit, un curieux trio se met en place où Adam devient une pièce maitresse. Qui prend au fur et à mesure son autonomie, jusqu’à…

« Et bien voilà, conclut Adam, il y a le cerveau et il y a l’esprit. Ce vieux problème, aussi insoluble chez les machines que chez les humains. »

Qui de l’homme ou de la machine aura le dernier mot ? « On créé une machine possédant l’intelligence et la conscience de soi, et on la précipite dans notre monde imparfait. Un tel esprit conçu selon des principes généralement rationnels, bienveillant envers autrui, se trouve vite aux prises avec un ouragan de contradictions », explique Alan Turing, « les esprits artificiels ont moins de défenses que nous ». Le livre a des accents du Cinquième élément de Luc Besson… Sont-ils capables d’émotions ? Adam et les autres androïdes le laissent supposer, même si « les larmes sont dans la nature des choses », et qu’ « aucun de nous ne sait encore encoder cette perception ». 

Intelligence artificielle, cohabitation entre l’homme et la machine, sens du monde, ce roman interroge sur les conséquences de l’introduction de plus en plus grande de la technique dans la vie. Drôle, troublant, détestable, le roman interroge.

Adam évoque un Haïku qui « parle des machines comme moi, et des gens comme vous, et de notre avenir commun… ». Il dit : « Nous perdons nos feuilles. Au printemps nous renaîtrons. Mais vous, hélas, non »

J’ai commencé par me méfier de ce livre, j’avais de très mauvais souvenirs d’autres romans d’anticipation, ensuite, à cause d’une scène assez insupportable entre Adam et Miranda, je l’ai détesté et abandonné. Et… je l’ai repris pour y trouver beaucoup de tendresse. La fin vient un peu vite, il y a quelques longueurs particulièrement dans les expositions scientifiques, surtout au début, mais on passe un très bon moment.

Charlie, l’éternel adolescent, finira par grandir. Malgré nos imperfections, nos erreurs, dans le monde bancal que nous fabriquons, « nous ne nous étonnons pas de trouver le bonheur malgré tout, et même l’amour ». Est-ce là que se trouve l’inaccessible secret de l’humanité ?

Fiche technique du livre
Auteur : Ian McEwan
Editeur : Gallimard, Janvier 2020
Nb de pages : 388 pages
Genre : Roman, Uchronie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :