Théâtre/Comédie d’automne

En ces temps de confinement dont nous ne pouvons qu’espérer qu’ils s’achèvent, la Comédie française propose sur son compte Facebook « Comédie Française 2020 » une lecture suivie de la Recherche du temps perdu de Marcel Proust – j’avoue ne pas m’y être égarée ayant récemment écouté une partie de la version lue par André Dussolier – mais surtout « Théâtre à la table ». Eric Ruf, l’administrateur général de la maison, en explique l’intention : « Nous convierons nos spectateurs autour d’un repas de mots dans un exercice pour lui fragile et beau, pour nous excitant et dangereux ».

Tous les samedis soirs à 20h30, sans décors ni costumes, sans maquillage, avec peu ou pas d’accessoires, les acteurs du Français lisent une pièce de théâtre. Les pensionnaires montrent sa première lecture collective, celle qui précède d’habitude les répétitions sur scène, celle où « naissent premières trouvailles et envolées ». On y présente de grands textes classiques comme le Bajazet de Jean Racine, Les fausses confidences de Marivaux ou des pièces plus méconnues comme Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce.

Juste la fin du monde avec Jérémy Lopez (Antoine) et Pauline Clément (Suzanne)

Un vrai pansement à l’âme

Ils ont eu 6 jours pour s’y préparer, ils ont parfois encore les feuillets à la main dont ils tournent les pages. Ils s’en détachent plus ou moins selon les soirs, mais on les oublie vite tant le résultat est fabuleux. Un vrai pansement à l’âme. Loin des mises en scènes parfois psychédéliques de la noble maison – je garde un souvenir déçu de la fin du Tartuffe de Molière – les acteurs, autour d’une table, disent le texte. Et c’est fascinant. Ils en révèlent toute la densité. Ils servent les mots, voire les alexandrins, en livrant un jeu puissant tout en émotions, parfois violentes, tendres aussi, qui s’exprime en créant un espace de vérité et de réalité surprenant. Le texte et rien que le texte dans sa force « primitive », remarquablement filmé. 

Bajazet, Clotilde de Bayser (Roxane)

J’ai déjà regardé deux de ces pièces et je ne compte pas m’arrêter là. Le plaisir est total. Ce soir, Hippolyte de Robert Garnier est au programme. Si vous le ratez, pas de panique, vous le trouverez en replay sur Facebook, YouTube… J’avoue, une fois déconfinée, il est possible que j’ai envie de retourner au théâtre… 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :