Livre/Article 353 du code pénal, Tanguy Viel

« Avez-vous une intime conviction ? »

Comment vous dire… ? Ce livre est une très agréable surprise. Une surprise comme je n’aurais pas espéré en trouver. J’ai beaucoup aimé ce livre, plein d’une très belle humanité.

Au fil de l’histoire, Tanguy Viel dessine le portrait d’un homme vaincu qu’un dernier sursaut pousse au crime, un geste ultime pour accepter les événements et retrouver sa liberté. 

Entre ciel, mer et pluie

L’auteur nous entraine sur une presqu’île du Finistère battue par les vagues, hantée par la brume, économiquement sinistrée. Avec lui, on s’enlise dans ce paysage de ciel, de mer, de pluie, avec parfois un rare rayon de soleil « vers 17 heures ». Un monde à part où le temps, suspendu, va un jour s’accélérer, mettant en marche une machine infernale, avec l’arrivée en Porche au château d’Antoine Lazenec.

« Il y a toujours cela, un jour ou une heure où les choses basculent et alors on ne peut plus faire comme si – je veux dire comme si ça n’avait pas eu lieu. Ce n’est peut-être qu’un grain de plus qui tombe dans le sablier, mais enfin c’est le grain de trop, après quoi plus rien n’est pareil, tout s’écroule ou se succède, les évènements tombent les uns sur les autres comme les vers d’un poème ».

A l’aune de la vie

L’excellence de ce livre en forme de confession n’est pas dans le suspens, vous saurez la fin dès le début, mais dans la façon dont tous les ingrédients sont amenés pour arriver à composer cette histoire à la fois banale et hors du commun, celle d’un homme trompé, qui, face à son juge, se retourne sur ce qu’a été sa vie pour en tisser les fils en une longue relecture, à la fois lucide et vraie : sa femme s’en va, son fils Erwan assiste impuissant au naufrage de son père, à son égarement, le chômage, la prime, la précarité de la vie,… « Erwan, c’était comme une pile électrique que j’aurais chargée toutes ces années sans discontinuer ». Le regard qu’il porte sur son fils, l’évolution de leur relation au fil des années, est magnifique. Plein de bon sens, d’intelligence, Martial Kermeur, c’est lui le narrateur, ne s’accable pas, ne s’excuse pas non plus, il fait le constat de ses erreurs. 

En toile de fond, prenant son lecteur par la main avec bonté et patience, c’est une méditation, une leçon de vie que l’auteur propose, avec ses obscurités, ses espoirs perdus, son besoin de justice. C’est certainement ce qui en fait un livre lumineux… toujours « vers 17 heures »… Chaque fois on pressent ce qui va se passer, sans jamais vraiment savoir comment. Quand on y est, on est étonné, pris à revers. 

« Le problème, c’est que même un gars mauvais, même la pire des crapules, il y a des moments où elle n’est pas une crapule, des moments où elle ne pense pas à mal. Et croyez bien que ça ne simplifie pas les choses pour un gars comme moi. Les gens comme moi ont besoin de logique, et la logique voudrait qu’un gars méchant soit méchant tout le temps, et pas seulement un tiers du temps. Peut-être, j’ai ajouté, peut-être c’est même pire que cela. Peut-être que ce type n’a jamais pensé à mal, peut-être que ça n’existe pas, le mal vraiment, le mal sciemment inscrit au fond de soi, peut-être qu’il y a toujours quelque chose en vous qui le justifie ou l’absout ou l’efface, je veux dire, ce type a suivi sa ligne ».

Et vous ?

Pour ce septième roman, Nathalie Crom de Télérama écrivait que « délaissant quelque peu l’ironie au profit d’un réalisme virtuose et d’un humanisme pleinement assumé, il s’appuie sur ses personnages pour irriguer son roman d’une réflexion toute métaphysique sur le mal en l’homme – plongeant Martial Kermeur dans une ‘nuit intérieure’ et exhaussant son drame ordinaire en une authentique leçon de ténèbres ». Le livre a reçu le Grand prix RTL lire 2017. Pour une fois, je sais pourquoi.

Avec tout ça je l’avoue, j’ai hâte de connaitre maintenant votre avis…

Fiche technique du livre
Auteur : Tanguy Viel
Editeur : Les éditions de minuit
Nb de pages : 176 pages, 2017
Genre : Roman

2 commentaires sur “Livre/Article 353 du code pénal, Tanguy Viel

Ajouter un commentaire

Répondre à Anne Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :