Musique/Alexandre Tharaud, Tic toc choc

« J’avoüeray de bonne foy que j’ayme beaucoup mieux ce qui me touche que ce qui me surprend », écrivait François Couperin. Hum… voilà qui est dit… Avec Tic, toc, choc, je vous invite à une petite incursion dans la musique baroque française, celle du grand interprète, compositeur et… auteur de cette petite phrase.

François Couperin (1668-1733) sera, fin du 17e siècle et début du suivant, l’un des grands artisans du renouveau du clavecin. Reprenant une tradition postérieure qui voulait que ces airs soient aussi bien joués sur clavecin que sur piano, Alexandre Tharaud, reprend à son compte ce répertoire ancien.

Ce disque, le pianiste a voulu le placer sous le signe du jeu, avec des pièces comme Tic, toc, choc bien sûr, mais d’autres aussi comme Les Tours de Passe-passe ou Les Calotins. D’autres sont des danses inspirées de celles qui se jouaient sur luths…

Les titres que François Couperin donne à sa musique, traduisent « son intention de dépeindre un climat, une atmosphère (Les Barricades Misterieuses), un portrait (La logivière), une scène réelle (Le Dodo…) ou imaginaire (Le Carillon de Cythère) ». Profondeur des morceaux plus sombres, sensibilité, mais aussi délicatesse, avec des ornements typiques de l’époque, et intériorité, c’est une musique riche de ses différents caractères au service d’une écriture qui exploite largement le registre de l’instrument. J’aime particulièrement ces pièces que je trouve intimes et qui rejoignent une palette très variée de sentiments qui font la vie. Alexandre Tharaud s’amuse : dans la Muséte de Taverni, par exemple, qui se joue à plusieurs, il décuple les voix, les joue lui-même, « en utilisant le principe du re-recording »[1]. Le résultat est… enlevé ! J’ai eu l’occasion de chanter des pièces de François Couperin et c’est un vrai plaisir de fréquenter cette musique.

Le CD se termine sur quatre pièces de Jacques Duphly. L’interprète avoue « une tendresse particulière » pour sa Pothouïn qui est, selon lui, « l’une des plus belles écrites pour clavier », « trait d’union idéal entre le clavecin et l’arrivée du pianoforte ». De fait, on aime aussi…


[1] Une technique utilisée dans le domaine de la production audio. Elle consiste à enregistrer des sons rajoutés à d’autres sons déjà enregistrés afin de les mélanger au moment du mixage.

Photo tête d’article : Cocoparisienne via Pixabay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :