Expo virtuelle/Thomas Schaller, l’aquarelle en lignes et lumière

En ces temps de confinement, il est fabuleux de voir s’exprimer une créativité qui semble émerger tous azimuts de nos lieux de clôture. Bien calé dans son fauteuil, chacun peut, à la carte, voir ou revoir opéras et ballets, musarder dans les collections des plus prestigieux musées, s’émerveiller des prouesses des acrobates du Cirque du soleil, recevoir chez soi un orchestre en vignettes pour réentendre le Boléro de Ravel. C’est presque confortable. Alors plutôt que de vous lister ces initiatives, j’ai préféré vous offrir l’exposition virtuelle d’un artiste dont j’admire particulièrement le travail. Accrochez-vous à la fibre, je vous emmène aux Etats-Unis, sur la côte ouest, direction Los Angeles.

Thomas Schaller, An Interior Life, Août 2017 – Ce tableau explique l’artiste est complètement imaginaire : il n’existe pas de lieu ou de vue de ce type dans le monde réel. Fruit de quelque chose qui a été vu, d’impressions, de souvenirs de choses vécues, il est « au delà du temps ». L’histoire qu’il raconte est à la fois simple et vague, « très personnelle et largement universelle ».

C’est le point d’attache de ce globe-trotter qui capture dans ses voyages autant que dans son univers familier, les sujets de ses toiles. Thomas Schaller est un aquarelliste de renom, maintes fois récompensé. De l’architecture, il garde un magnifique sens des proportions, des lignes, de la perspective, vertigineuse à l’occasion, qui donne à ses toiles un sentiment à la fois de stabilité, de profondeur et de très grande légèreté. Les lignes conduisent le regard, au delà du dessin.

« Mon travail est une étude de contrastes : la lumière et l’obscurité, la verticale et l’horizontale, les tons chauds et froids, le réel et l’imaginaire, ainsi que le passé, le présent et l’avenir. Ces éléments et d’autres sont conçus pour entrer en collision et parfois trouver une résolution à la surface du papier », Thomas Schaller.

Thomas Schaller, Portrait

Posé sur ses bases, le peintre offre une palette de couleurs dont il aime jouer, utilisant presque exclusivement des couleurs complémentaires où dominent les variations de bleus et d’oranges, qui contribuent à faire vibrer ses paysages et ses portraits. Une façon pour lui de faire entrer la lumière, un « personnage » en soi, dans ses tableaux. La lumière est pour cet artiste, depuis l’enfance, source d’émerveillement, de contemplation joyeuse et passionnée. Dans son travail des couleurs, il mélange rarement ses pigments sur la palette, préférant les voir se fondre sur la surface et dans les fibres du papier.

Pour l’artiste, la peinture n’a pas simplement pour objet de représenter ce qu’il voit, mais elle doit aussi raconter une histoire et le sentiment qui y est attaché, reflet de sa façon d’appréhender le monde. En ce sens, il ne s’agit pas seulement d’imiter ou d’illustrer mais d’interpréter ce qui est. Ces histoires qui peuvent être très humbles, une personne qui marche sur une plage… Couleur, angle, dessin, tout est fait pour entrer en résonance avec celle que porte celui qui contemplera la toile. « Je vous invite à prendre part à mon processus artistique – non pas pour déterminer les histoires que je raconte – mais, je l’espère, pour vous inspirer à raconter vos propres histoires », explique-t-il. Et c’est vraiment ce qui se passe quand on regarde Stay at home, une toile de circonstance, ou Grandville Bridge à Vancouver (Canada) à cause de cet angle si particulier, sans doute un de mes tableaux de prédilection. A s’immerger dans ses toiles, il se passe quelque chose dont nous sommes partie prenante. Il dit : « La communication non verbale entre l’artiste et le spectateur qui peut mettre en évidence notre humanité commune est – à mon avis – le but le plus élevé de l’art ».

Thomas Scaller – Grandville Bridge à Vancouver (Canada)

C’est en musique que Thomas Schaller peint, mais sa plus grande source d’inspiration reste la littérature, romans, nouvelles, et de fait, plusieurs de ses tableaux sont illustrés par des textes ou des poèmes. A moins que ce ne soit les tableaux qui illustrent… Musique, littérature, peinture forment un tout. Sans doute une raison supplémentaire de s’attacher à cet aquarelliste qui considère qu’un des plus grand défi auquel l’artiste est confronté est la tendance à croire que les réponses qu’il cherche « existent quelque part ‘dehors’ », alors que pour « devenir meilleur peintre », il faut davantage regarder, puiser au dedans de soi.

Qu’en dites-vous ?

Exposition virtuelle – Aquarelles, Thomas Schaller – Réalisation et montage, L’accent circonflexe

Toile en tête d’article : Thomas Schaller, Stay at home.

Un commentaire sur “Expo virtuelle/Thomas Schaller, l’aquarelle en lignes et lumière

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :