Livre/Le cœur de l’Angleterre, Jonathan Coe

En ces temps de confinement, lire est une activité salutaire… Et puisque j’ai choisis de m’intéresser aux livres qui ont fait partie de nos deux dernières rentrées littéraires, je vous propose de découvrir Le cœur de l’Angleterre de Jonathan Coe, que les anglais eux-mêmes ont appelé le premier roman du Brexit.

Ce livre possède d’immenses qualités : une très belle narration, variée, un humour très british, j’ai franchement ri à plusieurs reprises, ce qui est assez inhabituel. Le roman dessine à petites touches, sur quasiment dix ans, la chronique de la fin d’un monde. Il aborde avec finesse, et pourquoi ne pas dire talent, les élites en rupture avec la population, un politiquement correct qui n’autorise plus le moindre écart, le délitement de l’industrie, l’appauvrissement, la montée de la xénophobie, des générations qui se côtoient dans toujours se comprendre…

Année 2012. Jonathan Coe consacre un chapitre à l’ouverture des jeux Olympiques, un spectacle à la gloire de la Grande Bretagne que chacun des protagonistes vivra avec fierté et émerveillement. C’est un moment pivot du livre qui donne l’impression d’être le dernier souffle de l’unité nationale.

« Comme Sophie, Doug avait abordé la cérémonie d’ouverture avec le plus grand scepticisme. Comme elle, il la regardait avec une admiration croissante qui frôla bientôt la révérence. L’échelle du spectacle, son originalité – sa bizarrerie parfois -, l’image grandiose des hauts-fourneaux qui se dressaient sur Glastonbury Tor, le pouvoir hypnotique de plus en plus fort de la musique du groupe Underworld… Cet hymne extravagant à l’héritage industriel de la Grande-Bretagne, c’était bien la dernière chose à laquelle il se serait attendu, mais il y trouvait un considérable pouvoir d’émotion et de persuasion. Un caractère fondamentalement authentique ».

C’est cette glorieuse Angleterre qui, quatre ans plus tard, votera la sortie de l’Europe. Comment en est-on arrivé là ?

Les personnages sont particulièrement attachants avec une mention spéciale à Benjamin, ce cinquantenaire aux allures d’éternel adolescent qui écrit un roman depuis 17 ans, mais aussi à Doug, le journaliste politique, témoin privilégié du Brexit. Charlie, le clown n’est probablement pas le plus drôle, la palme reviendrait, si je devait la décerner, à Nigel Ives, sous directeur adjoint de la communication du premier ministre, parfait dans un rôle qui finira par le lézarder…

« Maintenant, supposons que le peuple vote pour le Brexit et que nous…
– Excusez-moi, je vous interromps, supposons que le peuple vote pour quoi ?
– Le Brexit ? »
Nigel le regarda, ébahi. « Mais d’où sortez-vous ce mot ?
– Ce n’est pas ce que les gens disent ?
– Je croyais que ça s’appelait le Brixit.
– Quoi ? Le Brixit ?
– C’est ce que nous disons.
– Qui, nous ?
– Dave* et toute l’équipe.
– Tout le monde à part vous dit Brexit. Où êtes-vous allé chercher Brixit ?
– Je ne sais pas. On croyait que c’était le terme (…) ça va faire l’effet d’une bombe à la prochaine réunion du cabinet ».

Il y a des passages que j’ai moins aimés. Ils sont cependant le reflet fidèle de cette Angleterre peinte sans parti pris, de nos sociétés post modernes marquées par la disgrâce de l’amour, la montée de la violence, les extrémismes… Dans le fond, le Brexit serait-il aux Anglais ce que les gilets jaunes sont aux Français ?

Le roman est habile, éclairant. Drôle aussi certes, mais, compte tenu de sujets traités, pas toujours complètement détendant. N’hésitez pas à donner votre avis…

Fiche technique du livre
Auteur : Jonathan Coe
Editeur : Gallimard, 2019 (pour la traduction française)
Nb de pages : 560 pages
Genre : Roman

Enfin, m’étant cassée le nez sur un certain nombre de livre de ces dernières rentrées littéraires dont l’intérêt ou l’écriture laissaient à désirer, attendez-vous ces prochaines semaines à retrouver des auteurs moins en vogue mais qui, je l’espère, nous réjouirons de bonheurs littéraires. D’ici là, confinez-vous bien dans la lecture !

* David Cameron, premier ministre du 11 mai 2010 au 13 juillet 2016.

2 commentaires sur “Livre/Le cœur de l’Angleterre, Jonathan Coe

Ajouter un commentaire

  1. Coucou ! je l ai lu en anglais mais un peu déçue par le côté petite histoire et romance à la sauce à la menthe britannique qui n apporte, à mon idée, pas assez d info sur la montée du Brexit en UK. En revanche, l histoire est bien amenée et intéressante et on voit bien le laxisme qui régnait avant les élections (surtout dans les classes intellectuelles) et la prise de conscience de celles ci une fois le Brexit voté. J étais moi même en Angleterre un mois avant les élections avec des amis anglais (profs) et cela ne les affolait pas le moins du monde … maintenant ils déchantent !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :