Théâtre/La promesse de l’aube, Romain Gary

« Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est ensuite obligé de manger froid jusqu’à la fin de ses jours », Romain Gary.

Cette semaine, je vous emmène au spectacle… Ni tout à fait lecture, ni tout à fait théâtre, Stéphane Freiss nous offre une heure dix de bonheur en compagnie de la Promesse de l’aube, cette œuvre majeure de Romain Gary.

Que lire en si peu de temps ? Des bribes. De très jolies bribes de tendresse. Enfance, premier amour, une vocation littéraire qui se dessine à grands coups de pseudonymes, d’échecs aussi… et le consul, la guerre, Stéphane Freiss met sa voix et son jeu au service d’un texte qui parle des ambitions d’une mère pour son fils. De ses sacrifices aussi pour celui qui sera sa revanche sur la vie. En quelques touches, comme autant de coups de pinceaux, on découvre l’homme que Nina, sa mère, forgera, le laissant avide et passionné. « Héros grâce à elle, et malgré elle. Jamais peut être le terme d’héroïsme n’a pris plus de sens. Il aurait dû mourir 5 fois, 10 fois. Mais il était convaincu que sa mère le protégeait de tout », explique l’acteur.

La lecture réenchante le goût de la littérature et nous donne, à la fin, juste envie de replonger dans ces pages magnifiques.

Stéphane Freiss qui, « en rencontrant les mots de Gary, ses autres romans, les interviews qu’il a données », s’étonne d’avoir « le sentiment assez ridicule d’être devenu un proche, tant je me retrouve dans ce qu’il dit, ce qu’il écrit, ce qu’il est aussi », semble prendre un délicieux plaisir à nous entrainer sur les traces de l’auteur. Les trouvailles de la mise en scène ajoutent au côté intime, complice de la lecture et contribuent au charme de cette soirée simple, « entre amis », où la voix réenchante le goût de la littérature et nous donne, à la fin, juste envie de replonger dans ces pages magnifiques.

C’est un spectacle terriblement détendant, apaisant, bienfaisant, drôle, et on rit aussi en redécouvrant des passages de ce texte puissant. On est ému, on savoure chaque moment comme un verre doux de vin. Goutte à goutte.

Stéphane Freiss s’est installé au théâtre de l’atelier, au cœur du quartier de Montmartre à Paris, pour 30 représentations exceptionnelles. Si vous passez de ce côté, n’hésitez pas à vous arrêter. La place Charles Dullin est de surcroit charmante…

3 commentaires sur “Théâtre/La promesse de l’aube, Romain Gary

Ajouter un commentaire

  1. J ai effectivement passé un bon moment mais sans être subjugué ni éberlué par l’œuvre de Romain Gary. Le texte m a semblé date d un autre temps d une autre époque Non pas qu il ait mal vieilli mais seulement qu en 2019 je ne l entends plus avec la même oreille Un bon moment mais sans émerveillement ni pâmoison.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :