Livre/Grâce, Paul Lynch

C’est un livre sombre à la beauté hypnotique, rude et terrible. J’ai hésité.

Grâce, c’est le titre de ce livre, c’en est certainement le maître mot.

Grâce, c’est le prénom de cette jeune fille encore enfant, jetée sur les routes un matin à l’aube par sa mère, déguisée en garçon, pour survivre à la famine qui, au milieu du XIXe siècle, emporte la terre d’Irlande. Elle avance « accompagnée » de son frère qui babille tout au long du chemin : « J’ai une énigme pour toi, fait Colly. Qu’est-ce qui est blanc comme l’innocence et noir comme le péché, et qui aime l’eau tout en refusant d’y entrer? » Philosophe, attentif, double d’elle-même, il l’exhorte, la met en garde. Pas seulement.

Grâce, c’est cette supplique qui se glisse entre chaque ligne, implorant des temps meilleurs, une rédemption : « Grâce ? Oui ? On ne peut pas vivre comme ça ». Et l’angoisse vous saisit en même temps que l’héroïne quand…

Grâce aussi, parce qu’innocente, insolente, elle trouve souvent à son insu une main tendue, providentielle chaque fois, pour l’épargner malgré tout.

« Une brèche s’est ouverte dans le tremblement qui l’animait. Un sentiment d’apaisement qu’elle n’avait pas goûter depuis bien longtemps, l’impression passagère de n’être nulle part, de pénétrer à chaque pas dans une forme d’absence. Comme si l’on abritait entre ses mains un oiseau effrayé qui retrouve la paix ».

Rêve ou cauchemar, entre la vie et la mort, menacé de folie, on erre avec elle, avec elle hanté par les fantômes de ceux qu’elle aime, qu’elle croise, qu’elle perd inexorablement au rythme des saisons qui s’écoulent.

Paul Lynch raconte son histoire caméra au poing, dans un temps qui s’étire, et plonge le lecteur impuissant dans les sentiments de cette enfant blessée, abandonnée, qui apprend seule, loin de sa mère, à devenir une femme.

Entre l’inconscience de l’enfance et la souffrance brutale d’un monde en errance, le livre, écrit dans une langue très riche, poétique, usant de mots choisis, est empreint d’une sensibilité qui broie le cœur de celui qui se laisse conduire sur ces routes escarpées ; ce seront malgré tout, celles de la grâce.

Fiche technique du livre
Auteur : Paul Lynch
Editeur : Albin Michel, 2019
Nb de pages : 490 pages
Genre : Roman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :